À propos

Photo_1

Je suis actuellement en post-doctorat à l’Università Ca’Foscari (Venise). J’ai une double formation en biologie (licence, master et doctorat à l’ENS de Lyon et à l’Université Grenoble Alpes) et en philosophie (master et doctorat à l’Université Grenoble Alpes). Je mène des recherche dans le champ de l’épistémologie sociale, qui interroge la dynamique de formulation et de sélection collective des questions de recherche, ainsi que la division du travail cognitif au sein des communautés scientifiques.

Outre leur portée pour la philosophie générale des sciences,  mes activités de recherche s’attachent à bâtir une contribution philosophiquement informée à la question des modalités de la gouvernance du développement scientifique et technique. Dans ce cadre, j’interroge, avec une perspective épistémologique, les différentes formes de participation citoyenne à l’élaboration des connaissances scientifiques. Qui doit décider, et comment, des grandes orientations prises par la recherche ? Comment faire participer différents publics aux prises de décision en matière de politiques scientifiques ? Quelles sont les conséquences sur la production des connaissances scientifiques d’une plus grande participation des citoyens à la production des savoirs ?


 

Cursus et expériences professionnelles

  •   2020-2023 : Chargé de recherche au FNRS (Université de Namur, Belgique)
  •   2019-2020 : Post-doctorat à l’Università Ca’Foscari (Venezia)
  •   2018- 2019 : Post-doctorat  à l’IRPHIL (Université Lyon 3)
  • Décembre 2018 : Doctorat en Philosophie (Université Grenoble Alpes/Université du Québec à Montréal), sous la direction de Stéphanie Ruphy (IRPHIL, Lyon) et Vincent Guillin (CIRST, Montréal)
  • Octobre 2015 : Doctorat en Biologie cellulaire (Université Grenoble Alpes) sous la direction de Angélique Stéphanou (TIMC-IMAG, Grenoble)
  • Juin 2015 : Master en Philosophie (Université Grenoble Alpes)
  • Juin 2012 : Master en Biologie (Université Grenoble Alpes)
  • 2008-2011 : Élève normalien (ENS de Lyon)

 

Thèmes et projets de recherche

Je suis un philosophe des sciences prenant pour objet de réflexion les conditions politiques, institutionnelles, matérielles, sociales, économiques de production des connaissances dans nos sociétés contemporaines. J’essaye ainsi de montrer, en développant une réflexion en épistémologie sociale au plus près des pratiques contemporaines des sciences naturelles, comment la philosophie des sciences peut et doit se saisir de ces thèmes trop souvent réservés à la sociologie, à l’économie ou aux sciences de la gestion.

Je m’intéresse ainsi aux conséquences épistémiques des mutations contemporaines des systèmes publics de financement de la recherche et de l’innovation, à la participation croissante des publics aux différentes dimensions du développement scientifique et technique, à la dynamique de la division du travail cognitif dans les communautés scientifiques, aux déterminants institutionnels et épistémologiques de la balance conservatisme vs. nouveauté dans la logique de la recherche. Dans cette tâche, je m’inspire tout à la fois de la tradition pragmatiste (celle de Dewey en particulier), et du practice turn en histoire et philosophie des sciences, pour proposer une perspective sur la dynamique de production des connaissances qui soit tout à la fois pertinente épistémiquement et utile politiquement.

Dans ce cadre, j’ai été et je suis activement engagé dans plusieurs projets collectifs de recherche. Au sein du projet ANR « Democrasci » (2015-2018), je me suis penché sur les conditions de possibilité d’une gouvernance démocratique des sciences. Actuellement, ma recherche porte surtout sur la question des « sciences participatives » , dont j’interroge  l’influence sur la (re)définition de  la notion (complexe) d’objectivité scientifique. Comment définir une recherche objective dans une contexte d’ouverture des activités de recherche (tant dans la détermination de leurs orientations que dans la manière même dont elles sont menées) à des publics non scientifiques ? Je développe enfin un axe de recherche visant à quantifier, à l’aide d’outils scientométriques, certaines propriétés épistémologiques des contributions scientifiques issus des programmes de sciences participatives (en particulier, leur potentiel en terme de créativité et d’innovation scientifique).

Ma formation initiale en sciences naturelles me porte aussi vers d’autres thèmes de recherche en philosophie de la biologie. J’étudie l’histoire de cette discipline, ainsi que l’analyse de ses développements contemporains, afin de caractériser les interactions entre les enjeux cognitifs et utilitaires dans la construction des savoirs. J’ai également été amené à développer une réflexion sur la question du pluralisme, en prenant comme cas d’étude les débats contemporains autour des théories du cancer.